Manifeste Gaïa

Voici le manifeste rédigé par Abel, le héros de Siècle bleu et créateur de l'organisation éco-activiste clandestine Gaïa dans le tome 1 de la saga. Ce manifeste a pour but de fédérer autour de Gaïa toutes les energies de construction et de combat pour changer le monde.

 

 
Depuis quarante ans, les alertes se succèdent et notre maison continue de brûler. Le temps de l’alerte est révolu. Voici venu le temps de l’action radicale, celle qui remonte à la racine des problèmes. Avec d’autres mouvements, Gaïa a ouvert la voie mais ne pourra pas changer le monde sans vous. Ce n’est qu’en unissant nos rêves et nos forces que nous parviendrons à guérir la Terre et retisser les liens humains. Formons ensemble la Nébuleuse Gaïa.
 
Êtes-vous prêt(e) à nous rejoindre ?
 
MAINTENANT
 
Les grandes réserves de biodiversité (forêts tropicales, récifs coralliens…) se réduisent. Les océans se vident. Les espèces, petites et grandes, s’éteignent. Le climat se dérègle et menace de rendre notre belle planète impropre à la paix et à la vie humaine. Les inégalités de richesse atteignent des niveaux inouïs et des ressources clés vont venir à manquer. Toutes les études scientifiques le confirment : un effondrement porteur de très grandes violences nous guette. Soyons lucides mais inutile de nous faire peur en accumulant trop
de faits. Utilisons-les juste pour fixer notre niveau d’exigence personnel et collectif. Dans le temps qu’il nous reste, tentons de transformer le système en profondeur et de renverser la vapeur. Il n’y a rien de mieux à faire. La tâche à accomplir est immense et il est nécessaire d’agir maintenant. Sans peur et avec détermination.
 
Et vous, que répondrez-vous lorsque vos enfants
et petits-enfants vous demanderont : « qu’avez-vous fait ? »
 
LE TEMPS DU MONDE FINI
 
Notre espèce a peu évolué et se comporte toujours comme dans la Préhistoire, époque où la Terre nous paraissait infinie. L’atteinte des limites de notre planète est justement le signal que nous attendions pour accéder au prochain stade de notre évolution : contrôler notre population, changer notre système économique, éliminer nos pollutions, régénérer les écosystèmes naturels et humains, sortir de notre addiction à l’énergie, apaiser notre frénésie, se reconnecter aux cycles du cosmos… Des chantiers logiques pour une espèce qui veut atteindre la maturité et surtout des perspectives enthousiasmantes. Au-delà de notre propre inertie face au changement, notre action butera sur une minorité, puissante et aux intentions néfastes, qui exploite nos faiblesses et bloque le changement. Elle sera à combattre mais c’est surtout en bâtissant un nouveau monde que nous rendrons l’ancien obsolète. Cette minorité n’est que le miroir de notre part sombre. La réalité n’est que le reflet de nos actes. Si nous changeons, le monde changera.
 
VIBRONS AVEC LA BONNE ÉNERGIE
 

Cette transformation radicale de la société nécessitera beaucoup d’énergie. Nous pouvons choisir de la mener en puisant dans nos peurs et nos haines, mais ces pulsions créeront alors un nouveau monde qui leur ressemble. Même si l’envie de mettre à bas l’ancien système nous démange, focalisons-nous d’abord sur nous-mêmes. L’énergie que nous rayonnons influence nos actes et ceux des autres. Nous ne pourrons nous connecter et agir ensemble que si notre énergie est maîtrisée. Acceptons-nous tels que nous sommes et clarifions nos intentions. Prenons le temps. Méditons et prenons conscience de l’instant présent, de la beauté du monde qui nous entoure et des conséquences de nos choix. Nos choix conscients façonnent le monde qui nous entoure. Notre énergie aussi. Nous avons jusqu’ici échoué à agir ensemble. Prêtons attention aux vibrations que nous émettons et synchronisons-nous. Vibrons ensemble le monde dont nous rêvons et non plus nos frustrations. Les transformations à grande échelle suivront avec une puissance insoupçonnée.
Puisez dans l’énergie de vos rêves d’enfant et faites-en des armes de construction massive. Puisez surtout dans l’amour, cette stratégie n’a jamais été tentée à grande échelle. La Terre n’a pas besoin d’être sauvée, elle a juste besoin d’être aimée. En aimant ceux que nous combattrons, nous les désarmerons et ils nous rejoindront peut-être. L’énergie avec laquelle notre lutte vibrera, définira nos chances de succès et le monde dans lequel nous vivrons. Peuplons-le de joie et d’humour !

 
FAIRE PLUS QUE NOTRE PART
 
Après avoir travaillé sur notre champ d’énergie individuel et collectif, nous pourrons puiser dans l’un de nos rêves pour participer à cet élan, en lançant notre initiative ou en prêtant main-forte à une aventure existante. Pour cela, notre temps est la clé. Nous pouvons le passer sur notre canapé, notre smartphone ou à agir. Agir ne signifie pas forcément prendre les mêmes risques que Gaïa. Transmettre notre amour des plantes, des animaux, des nuages, de la musique ou des étoiles participe également au grand mouvement de réenchantement du monde. Réfléchir, écrire, peindre, aider, écouter, soigner, planter, réparer, nettoyer… aussi. Toutes les actions se valent tant qu’elles ont un impact positif et mesurable sur le monde réel, en particulier sur la nature, le coeur ou l’esprit des hommes.
Nous appelons toutes celles et ceux qui sont déjà engagés sur ces voies à nous rejoindre. Plus nous serons nombreux à consacrer une partie de notre temps et notre énergie à ce grand élan, plus le changement sera rapide. En nous engageant, nous nous sentirons utiles. Ensemble, l’enjeu est de faire plus que notre part. Nous dormirons sans doute moins mais nous dormirons mieux.
 
EN MEUTE
 
Parmi les verrous que nous aurons à faire sauter, certains seront plus complexes et risqués que d’autres. Plus ils nécessiteront de changer les habitudes ou la répartition de pouvoir et de richesses, plus le changement requerra des solutions radicales et sera porteur de dangers. Les mouvements activistes comme Gaïa ne sont pas les seuls à s’aventurer dans ces zones à risque : lanceurs d’alerte face au système, journalistes d’investigation face aux multinationales ou aux États, zadistes et défenseurs de la nature face aux pelleteuses, juges face aux mafias et aux forces de corruption, groupes de citoyens devant les tribunaux, rangers face aux braconniers et aux réseaux criminels qui les exploitent, députés face à l’immobilisme et au pouvoir de l’argent, scientifiques face à leurs pairs et aux lobbys, innovateurs face aux tenants du statu quo, dissidents face aux régimes totalitaires… Nous les appelons tous à nous rejoindre. Tous mettent en jeu leur équilibre mental et leur vie. Les machines à salir et à tuer sont prêtes à les détruire. Pour ne pas sombrer et pour réussir, ces femmes et ces hommes auront besoin que nous les soutenions par tous les moyens. Ce front est capital car seules ces victoires aux avant-postes changeront le système, inspireront les autres pour s’engager dans ces zones minées et permettront au nouveau monde en éclosion de ne pas être broyé.
Pour vaincre sur ces fronts sans s’épuiser, la tactique sera capitale. Le système en place est fragile, viser aux bons endroits est fondamental. Malgré cela il ne manquera pas de réagir violemment avant de s’écrouler. Très violemment. Pour tenir et vaincre, utilisons les techniques de l’aïkido et de la guerre asymétrique. Soyons prudents. Extrêmement prudents. Gérons notre image, utilisons intelligemment les médias et les réseaux sociaux. Prenons garde aux écarts dans nos rangs et aux tentatives d’infiltration. Mais, plus que tout, nous aurons besoin d’être ensemble. Fédérons nos moyens, soyons lucides sur les forces en présence. Aimons en meute et surtout chassons en meute. En face, ils savent s’accorder malgré leurs différences, nous le pouvons aussi. Avec la bonne énergie et par le surnombre, sous la bannière Gaïa ou une autre, nous ferons imploser ce système obsolète pour laisser place au suivant.
 
TENTONS L’INSENSÉ
 
Alors que certains d’entre nous s’engageront sur ces fronts risqués, d’autres auront la lourde charge d’imaginer et de bâtir le monde d’après. Cette simultanéité est importante car les alternatives devront être prêtes à prendre le relais pour ne pas laisser la place au chaos. Ce nouveau monde reste pour une large part à inventer. Ne nous laissons pas amadouer et endormir par les forces lénifiantes du statu quo. Nous n’avons plus le temps pour les illusions et les fausses bonnes d’idées. Nous avons besoin d’impact. Maintenant. Des alternatives techniques et sociales existent déjà mais elles sont souvent trop timides et n’intègrent pas certaines externalités. Là aussi, il y aura besoin de radicalité, de pensée disruptive. Agissons sans précipitation, mais avec en tête l’urgence qui guidera l’efficacité et la hauteur de nos actions. Rêvons grand. Il est temps de tenter l’insensé.
C’est comme cela que l’humanité a toujours évolué.
 
DES RÉVOLUTIONS ET DES DESTINS
 

Vu l’ampleur des chantiers, ce n’est donc pas une révolution mais
des millions – dans tous les secteurs et dans chaque coin du monde – qui auront à être accomplies. Et ces révolutions sont déjà en cours, partout. Derrière chacune d’elle, il y aura une porteuse ou un porteur de projet, animé par un rêve, une énergie. Peut-être vous ? Soyez à l’écoute de votre destin et répondez à l’Appel !
Chacune de ces quêtes constituera une aventure périlleuse où seuls courage, vision et persévérance mèneront à la victoire. Ces odyssées seront jalonnées d’écueils, toujours les mêmes, sur lesquels nous pourrons mutualiser nos apprentissages. Faisons alliance, protégeons- nous mutuellement de l’épuisement, apprenons à travailler ensemble, anticipons la réaction du système, visualisons et célébrons les victoires. Sur ce chemin, si nos intentions sont claires, que nous vibrons avec la bonne énergie, les solutions s’offriront naturellement à nous, à nous d’y faire attention. Il n’y a pas de hasards, il n’y a que des rendez-vous. Notre monde est ainsi fait.

 
LE POUVOIR DES RÉCITS
 
Un dernier secret. Notre espèce détient un pouvoir singulier qui la distingue de toutes les autres et qui lui a permis de se hisser tout en haut de la pyramide, pour le meilleur et pour le pire. Un pouvoir surnaturel à la puissance inégalée : nous sommes capables d’imaginer et de partager des histoires qui structurent la réalité et nous
permettent d’agir ensemble. Aujourd’hui ce récit basé sur la
consommation, la croissance et l’argent nous conduit vers l’abîme.
Nous l’avons placé au-dessus des lois de la nature. Or, tout ceci
n’est qu’une illusion. Si nous comprenons que notre réalité est
structurée par cette fable, nous avons gagné. Il suffit simplement
d’en écrire une autre. La crise que nous traversons est une crise
narrative.
Pour accompagner ces millions de révolutions et tracer un chemin vers ce futur en gestation, nous avons donc besoin d’un nouveau récit collectif basé sur la beauté et le rêve plutôt que la peur et la culpabilisation. Un récit à la hauteur des enjeux auxquels nous devons faire face. Un récit qui montre les valeurs dont nous aurons besoin pour réussir. À nous de l’écrire tous ensemble. Ce récit devra être enthousiasmant et d’une incroyable solidité car les forces qui tenteront de nous en détourner seront multiples et prodigieuses. Ce récit sera notre plus grand levier pour changer le système. Écrivons ensemble ce que sera demain.
Nous appelons toutes les organisations, mouvements et individus déjà engagés dans cet élan à s’unir. Nous appelons toutes celles et ceux qui veulent s’engager à nous rejoindre. Ensemble, tentons l’utopie, tentons l’insensé, tous reliés sous la bannière de Gaïa.
 
Alors, êtes-vous prêt(e) à nous rejoindre ?